maison associative enfance famille école

Capture d’écran 2017-11-03 à 16.52.56

Projet 2017/2018

La structure des roses qui est un espace éducatif dédié à la petite enfance. Propose une démarche pédagogique qui s’appuie sur Maria Montessori basée sur l’apprentissage par l’autonomie.

Nous allons utiliser le personnage du Loup qui auprès des enfants à de multiple représentation, souvent utilisé pour provoquer une émotion de peur chez l’enfant. Afin de le démystifier et d’en faire un personnage sympathique nous allons utiliser le personnage du loup comme fil rouge sur l’année 2017/2018.

C’est au travers des ouvrages d’Orianne Lallemand et de l’illustratrice Eléonore Thuillier, du personnage nommé LE LOUP que les activités du mercredi vont s’articuler.

En plus de cela la responsable ACM Anaïs Gouveia a mis en place des outils pédagogiques permettant aux enfants d’exprimer leurs émotions.

Ce petit espace retiré du reste du groupe où l’on y trouve un nounours habillé en infirmier et qui accueille les enfants qui ressentent le besoin de parler et d’exprimer leur émotions ;
Sur une étagère d’infirmerie se trouve plusieurs remèdes dans des bocaux qui contiennent des «trucs ! machins! choses !» qui sont des carrés de tissu. Les enfants peuvent repartir avec ses « doudous » selon leurs besoins, envies… Ils peuvent dessiner sur ces carrés de tissu et les garder. Ce doudou plein d’encouragement, rassurant, ou qui rappelle une règle importante (« venir voir Mr Nounours plutôt qu’incruster un lego dans la joue d’un copain ») est mis discrètement au fond de la poche.

La fenêtre à rêver permet d’afficher des tas de choses qu’on aimerait voir par la fenêtre via des calques transparents, des dessins, des photos… C’est l’autorisation de rêver quelques minutes.

Le monstre à colère est un coussin prêt à être dégommé! Quand l’enfant est très en colère, il peut d’abord s’attaquer à un monstre en carton. On répond à 3 règles : ne pas se faire mal, ne pas faire mal à quelqu’un d’autre et ne pas casser quelque chose qui pourrait créer une situation dangereuse. Et puis on peut recommencer à l’infini des monstres en carton ! L’enfant peut se défouler et ensuite il sera plus facile de discuter. Et ensuite quand on a dégommé un monstre, on est en charge d’en faire un de remplacement. Cela crée une chaine de solidarité.

Les petits monstres à émotions : des monstres en papier représentant chaque émotion sont mis dans des boîtes. Chaque enfant a le droit de choisir un petit monstre, de le décorer, de jouer avec, de le faire parler etc… Cela lui permet de s’approprier l’émotion qu’il vit sur le moment.

Il est difficile pour les enfants de cet âge d’identifier et de vivre ses émotions. Cela s’apprend et par le biais de tous ces petits outils ils comprennent ce qui se passe dans leur corps lors d’un changement d’humeur, et ainsi de repérer les différentes émotions par lesquelles ils peuvent passer.

Sources et liens de ce projet :

Val’idées

Infirmerie à emotions de Sylvette

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Nos partenaires